• Menu
  • Menu

Visiter Cuba – Premières impressions

¡Aqui estamos ! Bienvenue à La Havane – Aeropuerto International José Martí

Après un long vol transatlantique, quelle est la première chose que vous souhaitez faire en descendant de l’avion ? Peeeeee ! Mais il vaut mieux s’en tenir à cela car nous n’avons pas trouvé de toilettes dans la zone de collecte des bagages. En fait, j’ai dû m’accrocher jusqu’à ce que nous soyons sortis de l’aéroport, que nous soyons passés du côté du parking et que nous ayons dû payer (ce que vous voulez), par courtoisie, parce que je n’avais vu aucun panneau disant qu’il fallait le faire. Il se peut qu’ils vous tendent une liasse de papier toilette, car vous n’en trouverez pas à l’intérieur. Conseil n° 1 : emportez du papier hygiénique à Cuba et du désinfectant pour les mains, car il n’y a pas forcément de savon à l’intérieur. Les distributeurs de gel alcoolisé sont vides – oubliez-les. Conseil n° 2 : je laisse Eric s’occuper de cette partie, mais vous devez avoir de l’argent liquide à Cuba. Autrefois, on parlait de dollars, mais aujourd’hui, c’est l’euro qui semble régner en maître. Le peso cubain ? Eh bien, s’il le faut.

Il a fallu un certain temps pour que nos bagages sortent. Je craignais que nous n’ayons pas le droit d’avoir une valise pleine de médicaments et d’autres choses, mais finalement, environ 30 minutes plus tard, nos bagages sont sortis. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre à l’aéroport. J’étais un peu nerveux. Nous avons volé avec notre passeport français, mais oui.

Le contrôle des passeports a été un jeu d’enfant. Nous avons dû passer nos bagages au scanner avant de quitter l’aéroport 😰. Mais tout allait bien. Ouf !

Sortir de l’aéroport dans l’air humide de l’été, c’était comme si on m’avait poussé dans une cocotte-minute 🥵. Il fait chaud à Séville en été. Non, il peut s’agir d’un enfer à Séville en été, mais c’est une chaleur sèche. Je peux presque supporter une chaleur sèche. À Cuba, je devais toujours être en sueur, quoi qu’il arrive. Cela m’a rappelé des souvenirs. Et la chaleur allait jouer un rôle dans nos premières expériences. . .

Aramis, notre chauffeur, nous a accueillis à l’extérieur du terminal et nous a demandé d’attendre pendant qu’il allait chercher la voiture qui nous servirait pendant la majeure partie des 17/18 jours que nous passerions à Cuba. Lorsqu’il s’est arrêté dans une Chevrelot de 1953, j’ai pensé à toutes les images de La Havane que j’avais vues par le passé. Des voitures américaines dont Fidel aurait tenté de se débarrasser au point de les faire enterrer. Ils ont été remis au goût du jour et ne ressemblent plus aux véhicules d’origine. On leur a ajouté des quatre roues motrices, de nouveaux moteurs ou des pièces japonaises pour qu’ils continuent à rouler. Tout propriétaire d’une de ces beautés la traite comme un membre de la famille – c’est du moins ce que l’on m’a dit. Autre fait amusant, avant que ces modèles ne soient commercialisés aux États-Unis, ils ont d’abord été testés à Cuba par les fabricants, de sorte que les Cubains les ont toujours eus en premier. Mais c’était à l’époque.

Oh NEPA !

Première nuit à La Havane

Dîner dans un restaurant local. Beaucoup de touristes. La nourriture était médiocre et chère pour ce qu’elle était, pour être honnête. Je pense que mon angoisse a joué sur mes premières impressions. J’étais en mode observation. Mais j’étais trop fatiguée pour m’en préoccuper. L’atmosphère donne l’impression d’être en vacances sous les tropiques. Personnel charmant. De nombreuses personnes y travaillent, comme en Espagne. On oublie presque où l’on se trouve. Le prix de notre repas nous a choqués, mais ce n’est pas la dernière chose qui nous a surpris dans ce pays complexe. Pensez aux nombreuses couches d’un oignon.

Nous avons passé plusieurs nuits dans des casas particulares plutôt que dans des hôtels, ce qui, selon nous, signifiait des séjours chez l’habitant où nous aurions pu rencontrer des familles cubaines. Mais il s’agissait plutôt d’un B&B. Nous avions une grande chambre triple qui ressemblait plus à une suite à deux chambres. Simple, propre et spacieux. Heureusement qu’il y a la climatisation, mais ensuite….

Alors que j’étais tout petit et que je n’avais pas encore prononcé mes premiers mots, il s’est produit un incident qui n’est que trop familier à tous ceux qui ont vécu au Nigéria ou dans tout autre pays ayant une conception politico-économique similaire : la lumière s’est éteinte. Dans l’obscurité, à laquelle j’étais déjà habituée, une petite voix a crié « Oh NEPA ! », ce à quoi les parents et les habitués de la maison ont répondu : « Qui était-ce ? A-t-elle parlé ? » La petite voix était la mienne et ce que je criais, je n’aurais pas à l’expliquer à aucun de mes compatriotes, mais je vais vous l’expliquer. NEPA – National Electric Power Authority, est l’acronyme qui est devenu le mot, l’insulte et l’angoisse de la vie au Nigeria. À Lagos, disposer d’un générateur était un luxe et une nécessité. Et après avoir entendu les adultes maudire les dieux de l’électricité à de nombreuses reprises, il est devenu évident pour le petit moi que c’était la chose à faire lorsque l’on se retrouvait inopinément dans le noir.

Mais je vous parle de Cuba : pourquoi commencer par un souvenir d’enfance ? Les lumières sont éteintes depuis minuit et j’ai envoyé un texto à la dueña de la casa qui m’a dit que cela n’arrivait pas habituellement dans ce quartier de La Havane et que les lumières devraient revenir bientôt. 7h30, les lumières sont toujours éteintes. Il fait très chaud dans la pièce. Et je commence à me rappeler ce souvenir d’enfance. Mais là, cela ne durerait que quelques minutes, car quelqu’un aurait déjà enclenché l’interrupteur du générateur dans la maison de ma mère.

Les lumières sont revenues le lendemain à 4h30 de l’après-midi, juste au moment où notre guide, Félix, s’apprêtait à nous faire changer de casa. C’est comme s’ils savaient. Nous ne saurons jamais ce qui s’est passé, mais nous étions très reconnaissants du retour de l’air conditionné dans un taux d’humidité de 94 %.

Le peuple

Saint François

Julio Cesar a un frère qui vit à La Havane. Comme beaucoup de Cubains que nous avons rencontrés, Francis était amical et accueillant. Nous lui avons remis la valise de fournitures, de médicaments et de produits d’hygiène féminine que nous avions préparée pour lui et sa femme, qui travaille dans une maison de retraite, afin qu’ils les distribuent à ceux qui en avaient besoin. Bien qu’il s’agisse d’une manière indirecte de distribuer les choses, je n’étais pas sûr de ce qui aurait été mieux. Je suppose que même si nous l’avions remis à une personne au hasard et que celle-ci l’avait ensuite vendu à plusieurs personnes, quelqu’un en aurait profité. Mais cette façon de faire semblait plus personnelle.

Francis et sa femme nous ont rejoints pour prendre un verre

Me llamo Elizabeth, soy tu vezcina

Nous nous sommes fait avoir. Eric était impatient d’attendre que Remi et moi sortions de la chambre pour nous rendre dans les rues de La Havane, dans la cuisine instantanée, et il est donc parti de son côté. Lorsque nous sommes sortis, je l’ai trouvé en train de parler à une Cubaine qui a souri en nous voyant, heureuse, semblait-il, de rencontrer la famille. J’ai souri, dubitative, attendant de savoir de quoi il retournait. Me llamo Elizabeth, dit-elle, soy ty vezcina. J’habite au deuxième étage, si vous avez besoin de quoi que ce soit, frappez à la porte. Je vais chez ma mère pour récupérer mon enfant d’un an. Elle s’est penchée sur Remi et moi et était heureuse d’établir un lien avec un Africain. J’ai continué avec mon sourire dubitatif. Je l’ai à moitié crue sur le fait qu’elle était la voisine, même si je n’en étais pas sûre à 100 %, mais comme je n’avais pas vu le début de cette conversation et que je ne savais pas d’où elle était partie, je l’ai acceptée. Elle a marché avec nous, apparemment, la maison de maman se trouvait sur le même chemin. Elle a ensuite demandé si nous pouvions lui donner 10 euros pour qu’elle puisse acheter du lait en poudre. La somme de 10 euros me semblait un peu élevée et, d’après ce que j’avais compris, les fournitures étaient achetées dans certains magasins avec des coupons du gouvernement. Un endroit où l’on prend des euros comme celui-là est destiné aux touristes. En général, je n’aime pas « jeter » de l’argent aux gens. Je préfère les aider en les emmenant au magasin et en achetant ce dont ils ont besoin ou quelque chose comme ça. Mais nous avions un endroit où aller et nous étions pressés, alors Eric lui a donné l’argent. Je l’ai regardée marcher dans la rue jusqu’à un magasin qui n’existait pas.

Une escroquerie « amicale » née du désespoir. Quels que soient les motifs, le résultat est le même. D’une certaine manière, j’aurais préféré la vérité. C’est un peu comme les escrocs internationaux qui supposent que parce que vous venez d’ailleurs, vous êtes forcément mieux loti. Ainsi, tout ce que VOUS perdez ne pourra jamais être véritablement une perte.

La nécessité d’une bonne couverture, je suppose.

The Guides

Felix

Our guide Felix seems so worldly. He speaks English, French, and Spanish (of course). He also says he speaks some Italian. He is better equipped than many travelers I have met in my line of work, yet, he has never left Cuba. Travel is a luxury even on the smallest budget. What happens when it is not just the means to travel but the very right to travel that is in question? His insight into life in Cuba was very much appreciated. I had been afraid that people would be very guarded but he opened up (in discreet locals) about his Cuba and allowed us to ask questions I was not sure I would be permitted to. 

Rosie

It wasn’t until Trinidad that we met Rosie. Rosie is 28. She studied to be a chemist with hopes of teaching chemistry but there were no jobs. If it wasn’t for her mother, she too may already have left Cuba. Rosie is charming and unlike several of the Cubans I had met until this point, she is not afraid to speak her mind… publically. When I told this to our driver, he was wide-eyed in surprise (and fear) and said, she could do that, she had less to lose. On July 11, 2021, thousands of Cubans took to the streets demanding change. That, of course, did not go well and change is yet to come. In the meantime, people hustle. Rosie, like many others, is fed up. She says she is lucky that she works in tourism because she can provide a bit for herself and her mother. She also told me that she would not have children – not here. Women are afraid to have children for whom they can’t find enough food or enough medicine should they be sick or what if they are sick during their pregnancy? It made me so sad to hear these words. She speaks them matter-of-fact-like, not afraid, just tired.

Le conducteur

« Para un cubano su coche es como la familia ». Je le cite probablement de manière erronée, mais en substance, Aramis nous a dit que sa voiture était comme une famille. Et lui, mécanicien de métier (ce qui s’est avéré utile à plusieurs reprises), traitait sa Chevrolet 1953 comme une princesse. Il était en très bon état, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je ne dirai pas que c’était le voyage le plus confortable de ma vie, mais c’était une expérience à ne pas oublier. Aramis était sympathique, professionnel et sincèrement intéressé par le partage. J’ai senti dès le départ qu’il nous jaugeait. Cela doit être une nécessité dans cette nation insulaire. Vous ne savez pas de quel côté du fossé politique se trouve une personne et un lapsus peut vous coûter plus cher que ce que vous êtes prêt à faire. Nous étions libres de parler comme nous le voulions, mais selon le moment et le lieu, nous pouvions très bien le mettre en danger et il devait rester alors que nous étions libres de partir.

J’ai vraiment apprécié nos conversations et la façon dont il a parlé librement (dans la voiture) de ses pensées sur Cuba aujourd’hui et hier.

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *